GRECE VACANCES séjours, culture & traditions
GRECE VACANCES

La Mythologie c'est quoi ?

Poséidon - Vision moderne du dieu

Définition de la Mythologie grecque

La mythologie grecque, c'est l'ensemble organisé des mythes provenant de la Grèce antique, qui s'est développé au cours de plusieurs millénaires, s'étalant de la civilisation mycénienne, jusqu'à l'époque de la domination romaine.

La mythologie grecque nous est parvenue grâce à un vaste ensemble de textes dont les plus anciens sont les épopées d'Homère dans l'Iliade et l'Odyssée, les poèmes d'Hésiode à travers "la Théogonie" qui raconte en condensé l'évolution des dieux et leur déscendance. Les arts picturaux comme la céramique, les statues de marbre, les temples et autres monuments ou lieux sacrés, contribuent également à illustrer les mythes découverts.

Les histoires de combats, les personnages, les lieux, des réalités historiques que l'on retrouve dans les textes, sont souvent réels et viennent se mélanger à des histoires de dieux que l'on a inventé pour donner des explications là où on n'avait rien de rationnel à dire à la place.

Mythologie et religion chez les grecs

Le mont Olympe et les dieux

La religion de la Grèce antique était fondée sur des rituels pratiqués en commun, mais ne reposait pas sur un texte sacré ou sur des dogmes, avec des prières et psaumes déjà définis ou de littérature religieuse. 

Les textes qui nous sont parvenus, sont des œuvres littéraires proposant une vision parmi d'autres de la création du monde et de la généalogie des dieux, mais ne dictent jamais ce qu'il faudrait faire pour prier un dieu ou croire en eux. On retrouve plus souvent des hymnes aux dieux, des textes de comédies, des tragédies et drames satyriques. Les héros mythologiques autant que les divinités pouvaient être évoqués dans des contextes pas forcément liés au culte à proprement parler.

En Grèce antique, on disposait de plusieurs modèles de cosmogonies et théogonies qui coexistent sans que cela ne pose de problèmes, Homère peut présenter Océan et Téthys comme le couple primordial, alors que Hésiode place le Chaos, puis Éros et Gaïa, aux origines du monde et que l'orphisme propose encore une interprétation toute différente. 

Tous les dieux de la Grèce antique n'ont pas de récits mythiques, même si leur existence dans le Panthéon est importante, par exemple la déesse Hestia, en est pratiquement absente. L'abondance des récits qui sont consacrés à un héros ou un dieu, ne reflète pas nécessairement l'importance réelle de son culte, Asclépios, très inférieur à des divinités, disposait d'un sanctuaire avec une renommée qui dépassait même les frontières du monde grec. 

La Mythologie dans la littérature antique

Hérodote - L'Enquête

À l'époque archaïque ou classique, la poésie a été le domaine par excellence pour transmettre et colporter les mythes au sein du peuple grec, en retranscrivant les récits fondateurs de la mythologie.

Hérodote d'Halicarnasse, le père de l'histoire, évoque les origines de la religion grecque dans son "Enquête", c'est vers eux qu'il se tourne : "Quelle est l'origine de chacun de ces dieux ? Ont-ils toujours existé ? Quelles formes avaient-ils ? Voilà ce que les Grecs ignoraient hier encore, car Hésiode et Homère ont vécu, je pense, quatre cents ans tout au plus avant moi ! or ce sont leurs poèmes qui ont donné aux Grecs la généalogie des dieux et leurs appellations, distingué les fonctions et les honneurs qui appartiennent à chacun, et décrit leurs figures".

Les écritures d'Homère et d'Hésiode ont influencé considérablement la vision que les Grecs se faisaient de leurs dieux et des origines du monde, même si les mythes sont présents de manière diffuse dans tous les genres littéraires, que ce soit par les dramaturges, les orateurs, les historiens et les philosophes.

Chaque auteur évoque les mythes selon ses propres critères, le public auquel il s'adresse, le contexte dans lequel il lui offre la liberté d'invention et de remodelage des histoires. La tragédie grecque représente souvent les héros de manière anachronique, c'est un moyen pour la cité de réfléchir sur sa société et ses institutions, comme dans "Les Euménides", Eschyle, relate la purification d'Oreste après le parricide qu'il a commis, un récit étiologique qui explique les origines du tribunal de l'Aréopage athénien.

La mythologie à travers l'art antique

Selon Claude Lévi-Strauss, l’art et le mythe entretiennent des liens de proximités parce qu’ils sont langages qui ont la particularité de se fonder sur l’échange entre celui qui fait et celui qui sait écouter. Les textes sont loin d'être les seuls vecteurs à transmettre un courant ou une pensée, elle est très présente dans les arts figurés de la Grèce antique tels que la céramique ou la sculpture.

À toutes les époques, les Grecs décoraient leurs lieux de culte ou les sanctuaires, de nombreuses représentations des personnages qui s'y rapportaient, de même que pour les ex-votos, les offrandes et même dans la décoration intérieure de leur habitation.

En dehors des statues, les vases et autres céramiques, peuvent représenter des scènes mythologiques ou des scènes peu présentes dans les textes, comme les satyres par exemple. Les arts figurés, tout comme les textes ou les oraisons, disposent aussi d'une grande liberté d'innovation et d'interprétations, ajoutant ainsi quelques histoires supplémentaires aux mythes déjà existants.

La mythologie dans l'histoire de la Grèce antique

École d Athènes - Historiens et philosophe de l'antiquité

Dans la Grèce antique, on ne fait pas vraiment de distinction entre les événements relevant du mythe et les événements historiques qui se sont vraiment passés, on les inclut avec des interprétations personnelles de l'auteur.

Les premiers historiens, les logographes, qui écrivent dès la fin de l'époque archaïque et le début de l'époque classique, comme Acousilaos, se contentent de rapporter les traditions et les généalogies locales des différentes cités dans le but de les faire connaître. Les atthidographes, quant à eux sont les auteurs de l'histoire de l'Attique, ils prennent davantage de distance et rationalisent les éléments qui enjolivent habituellement les récits.

L'un des premiers historiens à opérer une véritable sélection critique des mythes est Hécatée de Milet qui, au début du ve siècle av. notre ère, opère un choix parmi ce qu'a transmis la tradition et en donne un exposé systématique, cohérent, en prose, tout en enlevant les éléments qui lui paraissent invraisemblables.

Hérodote, dans l’Enquête, rapporte les traditions dont il a entendu parler et fait état des différentes versions contradictoires, sans toujours se prononcer sur leur véracité.

Thucydide parle des souverains mythiques tels que Minos, Pélops ou Agamemnon, tout en les ramenant sur le plan des réalités historiques de son époque et fait abstraction de leurs aspects fantastique et merveilleux, il considère que ces personnages sont historiques au même plan que peut l'être Périclès.

De manière générale, les historiens grecs contemporains, conservent une attitude prudente face aux mythes de la Grèce antique, qu'il s'agisse d'y croire ou de ne pas y croire. Paul Veyne, rappelle toute la distance qui sépare les historiens antiques de l'histoire telle qu'elle s'élabore par la suite : "Il arrive parfois qu'un historien ancien signale que ses "autorités" présentent des divergences sur quelques points, ou même qu'il déclare renoncer à savoir quelle était la vérité sur ce point, tant les versions diffèrent"

La mythologie dans la politique des cités grecques

Démosthène qui s exerce à l'art oratoire

Les histoires mythologiques ont aussi un impact et un rôle à jouer dans la politique des cités grecques avec parfois des enjeux importants.

Les orateurs antiques de l'attique les employaient comme des arguments dans leurs discours, en les choisissant soigneusement et en les adaptant à la situation qu'ils voulaient défendre en fonction des évènements et des circonstances.

Par exemple, Isocrate un orateur d'Attique, parle du mythe de l'autochtonie des Athéniens dans un discours de louanges "le Panégyrique", pour justifier que la ville d'Athènes a une supériorité évidente en comparaison avec les autres cités où, quand il s'adresse à Philippe II de Macédoine, il lui rappelle le lien ancestral du roi macédonien avec les cités grecques, afin de le convaincre de leur venir en aide.

Un grand nombre d'inscriptions ont été retrouvées, concernent des décrets d'alliances, qui témoignent du même modèle oratoire, ayant recours aux racines mythiques des peuples, comme argument dans les différents accords définis entre des cités grecques.

La mythologie dans la philosophie

Alcibiade  - Orateurs dans l'agora d Athènes

Les philosophes de l'antiquité ont souvent pris leurs distances en s'écartant des récits mythiques les plus répandus, préférant proposer leurs propres analyses souvent imprégnées de religion, le pythagorisme en est une bonne illustration.

D'autres philosophes se montrent vraiment plus critiques vis à vis des croyances populaires et sont parfois poursuivis en justice comme Anaxagore de Clazomènes qui soutenait que le soleil n'était qu'une pierre incandescente, ou même dans les discours de Platon avec "le muthos" un point de vue considéré comme mensonger ou "le logos" censé guider les principes de la philosophie.

Platon, loin de supprimer tous les mythes de ses discours, il en invente même de nouveaux lors de ses démonstrations philosophiques. C'est dans ce contexte que s'inscrit le mythe d'Er concernant le jugement des âmes, ou les récits du Banquet, avec le mythe de l'androgynie placé dans la bouche d'Aristophane. Il utilise aussi très habilement les mythes à des fins politiques, en créant le mythe de l'Atlantide, là où Platon s'aime à présenter une Athènes idéalisée, qui lutte victorieusement contre une Atlantide qui incarnerait la thalassocratie athénienne (le choix d'Athènes pour être une puissance maritime redoutée), ce que réprouve complètement l'auteur à son époque.

Les différents types de récits mythologiques 

Anaximandre de Milet - Savant philosophe Grèce antique

La cosmogonie

La Grèce antique se référait à différents modèles de cosmogonie pour décrire ou expliquer la formation du Monde, des milliers de légendes relatives aux origines du monde, des dieux ou des institutions, apparaissent dans les mythes fondateurs. La diversité des récits sur la création du monde, semble exprimer le besoin de décrire et de justifier les transformations du monde qui sont observées, celles de la Terre ou de la société humaine.

Le modèle le plus connu reste celui de la Théologie d'Hesiodes, qui nous est parvenu dans son ensemble et qui décrit toutes les étapes à partir de Chaos, jusqu'aux héros qui déscendent des Olympiens. Un autre modèle est aussi présenté par Homère dans "l'Illiade". La cosmologie de l'Orphisme est apparue à l'époque de la Grèce classique, elle s'apparente plus à un courant religieux.

On attribuait aussi d'autres courants de cosmologie à plusieurs poètes de l'époque archaïque, comme le Crétois Épiménide, le Lacédémonien (de sparte) Alcman ou l'Argien (d'Argos)  Acousilaos. Certains philosophes avant Socrate, ont également composé leur propre vision de la cosmologie du monde grecque, comme Phérécyde de Syros,par exemple.

 

Grècevacances ©2022

  • 8 votes. Moyenne 4.9 sur 5.