GRECE VACANCES séjours, culture & traditions
GRECE VACANCES

Grèce.... Peur sur l'Europe!!!.... (1)

Lors de la Conférence de presse

d'Alexis Tsipras à Paris et Berlin

Alexis TSipras, chef de file du parti "SYRIZA", lors de son voyage à Paris, tente d'expliquer à ses détracteurs les erreurs commises par la gouvernance européenne envers le peuple grec, devant subir le "dictact" d'une politique économique biaisée par par les milieux financiers.

"La politique de rude austérité imposée par le mémorandum conduit la Grèce à l'effondrement économique et à une possible sortie de la zone euro"

Faisant l'analogie que l'Europe et comme une chaîne composée de pays reliés entre eux et que si un maillon se brise,  il faut le réparer sinon la machine ne peut plus fonctionner et que si le maillon manque la les autres se perdront eux aussi...

"Ceux qui croient dès lors qu'ils peuvent détruire la Grèce et le peuple grec tout en gardant la zone euro intacte sont complètement irrationnels. Parce que nous pensons que nous devons à l'Histoire de maintenir la cohésion de l'Union européenne et parce que nous croyons à l'idée de l'intégration européenne, nous luttons pour la cohésion sociale en Europe"

Alexis Tsipras  c'est rendu egalement à Berlin mardi et a rencontré le co-président du parti allemand de gauche "Die Linke", Klaus Ernst, et le président du groupe parlementaire de la gauche allemande, Gregor Gyzi.

Klaus Ernst a lui, exprimé sa confiance aux capacités du chef du "SYRIZA", en qualifiant le programme de totalement différent de celui proposé par l'ancien couple franco-allemand "Angela et Nicolas" et qu'un tel programme est susceptible de réussir.

Le "SYRIZA" pense qu'il doit d'abord faire avancer l'économie du pays, afin de renforcer la position de la Grèce et ont des propositions sur la moyens d'y arriver, tant sur la politique énergétique que sur le renforcement du tourisme et de ses structures.

Leur plan, est susceptible d'aider la Grèce à sortir de la crise où l'a conduite les précédents gouvernements et où l'ont poussé les plans de rigueurs imposés au pays par la commission Européenne...

Alexis Tsipras donne un message d'espoir au peuple grec sur les années à venir, où tout ne sera pas facile, mais ce qui sera fait, le sera uniquement pour sortir la Grèce de son impasse politique et économique et envisager des jours meilleurs.

Alexis Tsipras transmet également un message de ralliement et de solidarité aux peuples français et allemand et de lutte conjointe des peuples pour sortir du spectre de la crise financière européenne.

Le représentant du "SYRIZA" a insisté sur le fait que la seule voie du maintien de la cohésion européenne et de la zone euro et la sauvegarde de la monnaie commune,  c'est l'abandon des programmes d'austérité et une mise en oeuvre de plans de développement dans toute la communauté, axée sur une politique de croissance économique. 

"Cette épreuve ne concerne pas seulement le peuple grec mais tous les Européens. Si la Grèce est engagée sur un chemin sans retour, il en sera de même dans toute l'Europe"

AlexisTsipras a ajouté que le peuple grec a le droit de faire un choix sans subir la pression des gouvernances européennes, il a insisté sur le besoin de trouver des solutions européennes communes pour résoudre et faire face au problème qui n'est pas que locale, car il plane, sur d'autres pays de l'Europe, le même spectre catastrophique. "le peuple grec donnera, par son vote, une perspective de politique différente et un espoir à tous les peuples d'Europe".

Selon Alexis Tsipras, ce sont les programmes d'austérité qui entrainent son pays hors de la zone Euro.

"Si nous surmontons le mémorandum de l'austérité et si nous nous persuadons du besoin de soutenir des politiques de croissance en Grèce, je pense que nous envisagerons l'avenir avec plus d'optimisme, aussi bien en Grèce que dans le reste de l'Europe"

 article www.grecevacances.com


Tsipras

en visite à Paris et à Berlin



Au moment où le parti de SYRIZA ne cesse de progresser dans les sondages, son chef Alexis Tsipras a effectué des visites successives à Paris et à Berlin au cours de cette semaine.

A Paris, lundi dernier, il a rencontré le chef du Parti Communiste, Pierre Laurent, et le candidat à la présidentielle Jean-Luc Mélenchon, avant une conférence de presse commune. A Berlin, mardi, il a pu voir le co-président du parti allemand de gauche "Die Linke", Klaus Ernst, le président du groupe parlementaire de la gauche allemande, Gregor Gyzi, le président du parti social-démocrate (SPD), Sigmar Gabriel, et le président du groupe parlementaire des Verts. 

Alexis Tsipras a insisté lors de ses visites sur le caractère catastrophique du mémorandum signé par la Grèce avec la Troïka ayant des retentissements désastreux non seulement sur la Grèce mais sur l’ensemble de la zone euro. Les interviews du chef de la Gauche Radicale ont suscité l’attention particulière des mass-médias français et allemands mais aussi la polémique au sein des partis politiques grecs à propos des déclarations critiques de Tsipras envers le nouveau président de la République Française, François Hollande. Mélenchon de sa part a critiqué le refus des socialistes de rencontrer Tsipras. 

Il est à noter que, par opposition à Tsipras, le nouveau président français a rencontré avant le sommet européen le chef du PASOK, Evangelos Venizelos. Ce dernier a reconnu à François Hollande l’homme politique ‘’qui a la force, la légitimité et la capacité de poser de nouvelles questions’’en ajoutant que le nouveau président veut vraiment aider la Grèce.

Article Grece hebdo



grèce economie grecque crise grecque vie politique greque evenements en Grece Energie europe

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !