GRECE VACANCES séjours, culture & traditions
GRECE VACANCES

crise grecque

  • Jean Loup KUHN-DELFORGE

    L’ambassadeur de France en Grèce, parle à GrèceHebdo

    A propos de la parution du premier numéro GrèceHebdo pour 2013, l’ambassadeur de France en Grèce, Jean Loup KUHN-DELFORGE, répond à nos questions:

     

    Lire la suite

  • Nouveau "BRANDING" pour la Grèce

    True Greece:

    Restaurons l’image de la Grèce comme destination touristique

    Posted: 14 Jun 2012 04:29


    Une plate-forme spéciale en vue de diffuser des messages positifs sur la Grèce comme destination touristique a été crée par l'Office National Hellénique du Tourisme.

    La plate-forme intitulée True Greece (‘Histoire vraie de la Grèce’) est un nouvel outil de communication de bonnes nouvelles sur Internet et les réseaux sociaux, réunissant du matériel de toute sorte (publications, articles, témoignages personnels, vidéo spots etc) dans le but de restaurer l’image de la Grèce comme destination idéale.

    L’idée est de montrer que la Grèce reste l’une des destinations les plus extraordinaires au monde, en confrontant les stéréotypes dominants et mettant en valeur les points forts du tourisme grec.

    La ministre de la Culture et du Tourisme par intérim, Tatiana Karapanaghioti, présentant l’initiative True Greece, a invité les visiteurs étrangers à fermer les oreilles aux spéculations relatives à la sortie de la Grèce de la zone euro et à profiter de l'hospitalité chaleureuse des Grecs.

    Si vous souhaitez apporter votre soutien à cette initiative et envoyer des nouvelles et des informations sur la Grèce comme destination touristique, veuillez donc visiter la plate-forme True Greece.

    Sélectionné par GRECE VACANCES

  • Grèce.... Peur sur l'Europe!!!.... (1)

    Lors de la Conférence de presse

    d'Alexis Tsipras à Paris et Berlin

    Alexis TSipras, chef de file du parti "SYRIZA", lors de son voyage à Paris, tente d'expliquer à ses détracteurs les erreurs commises par la gouvernance européenne envers le peuple grec, devant subir le "dictact" d'une politique économique biaisée par par les milieux financiers.

    "La politique de rude austérité imposée par le mémorandum conduit la Grèce à l'effondrement économique et à une possible sortie de la zone euro"

    Faisant l'analogie que l'Europe et comme une chaîne composée de pays reliés entre eux et que si un maillon se brise,  il faut le réparer sinon la machine ne peut plus fonctionner et que si le maillon manque la les autres se perdront eux aussi...

    "Ceux qui croient dès lors qu'ils peuvent détruire la Grèce et le peuple grec tout en gardant la zone euro intacte sont complètement irrationnels. Parce que nous pensons que nous devons à l'Histoire de maintenir la cohésion de l'Union européenne et parce que nous croyons à l'idée de l'intégration européenne, nous luttons pour la cohésion sociale en Europe"

    Alexis Tsipras  c'est rendu egalement à Berlin mardi et a rencontré le co-président du parti allemand de gauche "Die Linke", Klaus Ernst, et le président du groupe parlementaire de la gauche allemande, Gregor Gyzi.

    Klaus Ernst a lui, exprimé sa confiance aux capacités du chef du "SYRIZA", en qualifiant le programme de totalement différent de celui proposé par l'ancien couple franco-allemand "Angela et Nicolas" et qu'un tel programme est susceptible de réussir.

    Le "SYRIZA" pense qu'il doit d'abord faire avancer l'économie du pays, afin de renforcer la position de la Grèce et ont des propositions sur la moyens d'y arriver, tant sur la politique énergétique que sur le renforcement du tourisme et de ses structures.

    Leur plan, est susceptible d'aider la Grèce à sortir de la crise où l'a conduite les précédents gouvernements et où l'ont poussé les plans de rigueurs imposés au pays par la commission Européenne...

    Alexis Tsipras donne un message d'espoir au peuple grec sur les années à venir, où tout ne sera pas facile, mais ce qui sera fait, le sera uniquement pour sortir la Grèce de son impasse politique et économique et envisager des jours meilleurs.

    Alexis Tsipras transmet également un message de ralliement et de solidarité aux peuples français et allemand et de lutte conjointe des peuples pour sortir du spectre de la crise financière européenne.

    Le représentant du "SYRIZA" a insisté sur le fait que la seule voie du maintien de la cohésion européenne et de la zone euro et la sauvegarde de la monnaie commune,  c'est l'abandon des programmes d'austérité et une mise en oeuvre de plans de développement dans toute la communauté, axée sur une politique de croissance économique. 

    "Cette épreuve ne concerne pas seulement le peuple grec mais tous les Européens. Si la Grèce est engagée sur un chemin sans retour, il en sera de même dans toute l'Europe"

    AlexisTsipras a ajouté que le peuple grec a le droit de faire un choix sans subir la pression des gouvernances européennes, il a insisté sur le besoin de trouver des solutions européennes communes pour résoudre et faire face au problème qui n'est pas que locale, car il plane, sur d'autres pays de l'Europe, le même spectre catastrophique. "le peuple grec donnera, par son vote, une perspective de politique différente et un espoir à tous les peuples d'Europe".

    Selon Alexis Tsipras, ce sont les programmes d'austérité qui entrainent son pays hors de la zone Euro.

    "Si nous surmontons le mémorandum de l'austérité et si nous nous persuadons du besoin de soutenir des politiques de croissance en Grèce, je pense que nous envisagerons l'avenir avec plus d'optimisme, aussi bien en Grèce que dans le reste de l'Europe"

     article www.grecevacances.com


    Tsipras

    en visite à Paris et à Berlin



    Au moment où le parti de SYRIZA ne cesse de progresser dans les sondages, son chef Alexis Tsipras a effectué des visites successives à Paris et à Berlin au cours de cette semaine.

    A Paris, lundi dernier, il a rencontré le chef du Parti Communiste, Pierre Laurent, et le candidat à la présidentielle Jean-Luc Mélenchon, avant une conférence de presse commune. A Berlin, mardi, il a pu voir le co-président du parti allemand de gauche "Die Linke", Klaus Ernst, le président du groupe parlementaire de la gauche allemande, Gregor Gyzi, le président du parti social-démocrate (SPD), Sigmar Gabriel, et le président du groupe parlementaire des Verts. 

    Alexis Tsipras a insisté lors de ses visites sur le caractère catastrophique du mémorandum signé par la Grèce avec la Troïka ayant des retentissements désastreux non seulement sur la Grèce mais sur l’ensemble de la zone euro. Les interviews du chef de la Gauche Radicale ont suscité l’attention particulière des mass-médias français et allemands mais aussi la polémique au sein des partis politiques grecs à propos des déclarations critiques de Tsipras envers le nouveau président de la République Française, François Hollande. Mélenchon de sa part a critiqué le refus des socialistes de rencontrer Tsipras. 

    Il est à noter que, par opposition à Tsipras, le nouveau président français a rencontré avant le sommet européen le chef du PASOK, Evangelos Venizelos. Ce dernier a reconnu à François Hollande l’homme politique ‘’qui a la force, la légitimité et la capacité de poser de nouvelles questions’’en ajoutant que le nouveau président veut vraiment aider la Grèce.

    Article Grece hebdo



  • NOUVEAUX Paysage Politique en Grèce

    Elections

    Éclatement spectaculaire du paysage politique

    C’est du jamais vu pour le paysage politique grec. Les élections législatives tenues dimanche dernier conduisent à une fragmentation inédite des forces politiques et à la difficulté de former un gouvernement stable. Le bipartisme dominant, non seulement au cours de ces dernières décennies mais tout au long de l’histoire politique contemporaine grecque, cède la place au multipartisme élargie et variable.

    Situation inédite aussi avec la défaite des grand parties historiques:
    • le parti en tête de la Nouvelle Démocratie ne fait que 18,85% (contre 33,48% en 2009),  5 fois gagnant des élections législatives à plusieurs reprises après la chute des colonels.
    • La gauche radicale, réunie sous le Syriza, force hostile à une partie du mémorandum signé entre le gouvernement grec de transition et la Troïka, fait la grande surprise en se positionnant deuxième (16,78% de votes contre 4,6% en 2009). 
    • Vient ensuite le Parti Socialiste (PASOK), 5 fois gagnant, également, des élections législatives après la chute des colonels, qui enregistre aujourd'hui, une défaite historique avec seulement 13,18% (contre 43,92% en 2009).

    Αu cours de ces élections, les nouveaux partis font aussi leurs scores importants en regroupant les votants mobiles qui quittent les grands partis avec fracas. Il s’agit:

    • du parti des Grecs Indépendants (10,6%), scission récente “anti-austérité” de la Nouvelle Démocratie, qui ne se veut “ni de droite-ni de gauche”, n’acceptant aucune proposition de coopération avec les partis signataires du mémorandum. 
    • De l’autre côté de l’échiquier politique, la Gauche Démocratique (6,1%), scission en 2010 de Siriza se situant sur une lignée “anti-mémorandum” plus modérée, cumule 6,1%.
    • Le Parti Communiste Grec, parti fidèlement anti-européen qui enregistre une petite avancée par rapport en 2009 (8,48% au lieu de 7,54% en 2009). 
    • Le score étonnant de Chrissi Avgi (Aube Dorée) (6,97%), organisation politique violemment anti-immigrés sur laquelle se penchent les commentateurs grecs et étrangers. Ceux-ci s’efforcent de saisir l’attrait qu’une organisation proche du néonazisme peut exercer au sein d’un pays où les mouvances d’extrême droite n’ont jamais connu un soutien populaire. 
    Enfin, il est très important de noter le taux accru d’abstention qui touche 35% du corps électoral, élément qui selon les analystes accentue la délégitimation actuelle du système politique.

    Sélection: GRECE VACANCES www.grecevacances.com 

    Sources: http://www.grecehebdo.gr

    En anglais : http://www.greeknewsagenda.gr/

    Lire la suite

  • La Grèce, une bonne option pour les vacances cette année

    Grèce

    Alors que la crise de la dette grecque semble sans fin en attendant les élections législatives anticipées annoncées pour le 6 mai, une baisse du nombre de visiteurs devrait pousser l'industrie du tourisme à proposer des bons plans pour attirer les touristes cet été.

    À seulement quelques semaines du début de la saison estivale, les chiffres semblent indiquer que les revenus du tourisme seront en baisse de 5% cette année, alors que les scènes de violence diffusées par les TV du monde entier, découragent les étrangers de se rendre en Grèce et que l'hostilité envers l'Allemagne, qui était un des principaux pourvoyeurs de touristes du pays, semble ne cesser de croître.

    Face à cette situation, les hôteliers ont dû baisser leurs tarifs, une bonne nouvelle pour les personnes désirant visiter les régions qui ne sont pas affectées par les troubles, comme c'est le cas de la plupart des îles.

    Si vous recherchez des endroits moins chers, les prix d'un certain nombre de destinations populaires ont chuté de 20% environ, notamment pour les îles de Corfou, de Zante, de Kos, de Céphalonie, de Crète.

    De Thèbe à Athènes

    Alors que l'économie grecque a connu une année traumatisante, la bonne nouvelle pour le tourisme pourrait être une augmentation du nombre de visiteurs en raison des prix plus bas pratiqués dans de nombreuses destinations touristiques.

    La crise en Grèce fait craindre des répercussions sur les merveilles des sites ouvert au public. Les archéologues grecs ont même fait appel au soutien du public et alerté sur le danger des réductions de personnel sur les sites touristiques, après plusieurs vols dans des musées cette année. Ils ont demandé de faire passer sur les réseaux sociaux des photographies de personnes visitant le pays et ses sites historiques, avec un panneau demandant de défendre le patrimoine culturel des nations. "Défendez  l'héritage culturel grec".

    De nombreuses initiatives sont en cours, en Amérique, un mouvement sur facebook a rassemblé de l'argent et a publié sur "Time Square" un panneau publicitaire promotionnant la Grèce.
    En Grèce un mouvement pour le "Branding" du pays est apparu sur la toile, des initiatives particulières sont actives sur différents forums de voyages, à l'étranger des actions de soutien locales défendent les intérêts touristiques du peuple grec.
    Si ces campagnes rencontrent le succès, les visiteurs réaliseront que malgré les gros titres, les Grecs sont toujours aussi chaleureux et accueillants

    Théâtre d'Epidaure -PP1010898Certain syndicats, qui comprennent que le tourisme dans leur pays est vital pour le peuple grec, ont déjà adopté pour règle de conduite de ne pas perturber les aéroports, ce qui signifie que tous les vols vers le pays se dérouleront sans le moindre pépin. Il reste à persuader les plus inconscients de l'importance de ne pas perturber le gagne pain de millions de cytoyen. 

    Visiter la Grèce cet été sera une bonne action pour aider cle peuple grec à sortir de l'une de ses périodes les plus austère depuis la fin de la Seconde Guerre, tout en passant un bon moment d'agréables moments. Le tourisme représente une part importante de son PIB et ses emploies, directs ou indirects. certaines îles dépendent entièrement des revenus issus du tourisme, en fait, elles ne peuvent quasiment pas exister sans lui.

    naxos-bandeau-dsc03627-1.jpg


  • NEWS ATHÈNES

    ATHÈNES

    Revalorisation du centre historique


    Les ministres du Développement, Anna Diamandopoulou, et de l'Emploi, Georges Koutroumanis, et le maire d'Athènes, Georges Kaminis, ont signé un accord de programme intitulé "Athènes de nouveau" pour la revalorisation du centre historique de la capitale.

    Ce projet vise à donner un nouveau souffle et une nouvelle vie (à tous les niveaux) à la municipalité métropolitaine du pays, sur un horizon de dix ans, avec un budget de plus de 1 milliard d'euros au titre du Cadre national stratégique de Référence (ESPA).

    L'ouverture des magasins les dimanches est comprise, entre autres actions, dans le cadre d'un éventail de cinq axes, qui seront lancés dans les 6 à 9 mois et seront matérialisés dans les 2 ans et demi à venir.


    Le programme "Athènes de nouveau", comme l'a souligné la ministre, qui a été examiné et approuvé par le Groupe d'action, prend en compte les études et le planning de la société de développement de la municipalité, ainsi que les conclusions de la commission interministérielle pour le Centre d'Athènes, et est composé d'une série de mesures et d'actions immédiates, qui se synthétisent comme suit :

    1. Le renforcement de l'entreprenariat local et de la compétitivité.
    2. La revalorisation de la qualité de vie des citoyens de la ville.
    3. La revivification du tissu urbain.
    4. La gestion efficace de la crise sociale.
    5. La garantie de la matérialisation et de la durabilité du programme.

    Notons qu'en plus des actions qui bénéficieront d'un financement immédiat, l'objectif est de garantir des fonds pour la capitale comme centre métropolitain, de sorte à mettre en oeuvre un programme de développement sur dix ans qui s'assurera des ressources de la Commission européenne pour la période de programmation 2014-2020 au titre de l'ESPA pouvant excéder 1 milliard d'euros.

    A ce point, Mme Diamandopoulou a précisé que l'accord signé le jour même met en place le cadre institutionnel permettant à la municipalité de gérer les financements de l'ESPA.


    Sources: http://www.grecehebdo.gr

    En anglais : http://www.greeknewsagenda.gr/